LAURA DE GAËLLE BOURGES

LAURA DE GAËLLE BOURGES

Lorsqu’elle se rend au musée, Gaëlle Bourges aime faire l’acquisition de cartes postales des œuvres qu’elle y a vues. C’est sa manière de continuer à entretenir un rapport fécond et critique avec les tableaux. La célèbre Olympia d’Édouard Manet est l’un d’eux : au premier plan une femme allongée, blanche et nue, reçoit un bouquet de fleurs apporté par une autre femme, noire et habillée. Cette dernière a rarement fait l’objet de commentaires par l’histoire de l’art. LAURA, entend alors lui redonner une épaisseur historique : on sait par exemple qu’elle s’appelait Laure. Par un jeu de couleurs, de lumières, d’objets et postures, convoquant les œuvres qui ont guidé Manet ou celles inspirées de son Olympia, le quatuor enquête sur la distribution des rôles et la place des modèles féminins dans l’art occidental, pour recréer peu à peu leur « Olympia », renommée LAURA.

Gaëlle Bourges, formée à la musique, à la commedia dell’arte ou au clown, est diplômée de Paris 8 en éducation somatique. Ses pièces chorégraphiques telles Vider Vénus, sur les nus féminins de la peinture occidentale, OVTR (on va tout rendre) sur le pillage de l’acropole, tirent le fil de l’histoire de l’art pour en détricoter les discours et les enjeux.

1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement